En route vers le 50ème Salon International de l’Agriculture !

La plus gigantesque des fermes de France vient d’ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Paris (2014). Les éleveurs ovins, bovins, porcins, équins, canins, félins et bien d’autres ont pris possession des lieux pour huit jours d’animations et de promotion de chaque race animalière.

Au Salon de l’Agriculture, pas question aussi de passer à côté du terroir gastronomique Français !

Au menu de cette sortie campagnarde: on ira saluer la chienne de berger Floca, gardienne d’ovins et star de cette exposition, ainsi que son propriétaire. Rigueur, attention et flair seront les maîtres mots de la démonstration canine du Groupe d’investigation cynophile (GIC) de Beynes. Enfin avant d’entendre résonner les quelques centaine de cloches de Vaches de Salers, Charolaises ou Picardes… un stop, voire même plusieurs stops s’imposeront au deuxième étage du Pavillon 7, où de voluptueux fumets de plats et de produits régionaux viendront caresser nos narines.

La visite du Salon a commencé par le Pavillon 5.1, tout proche de la grande entrée. Dans ce pavillon, les aboiements et les miaulements retentissent d’un peu partout. On ne perçoit pas tout de suite, ces animaux qui nous sont si familiers; ce sont les boutiques de croquettes, de jouets, de paniers et de cages qui sont mis en avant… le commerce avant tout ! Avant de voir la star canine de cette année, quelques propriétaires de beaux félins exhibent leurs chats « pures races »: un grand Maine Coon noir et brun, au pelage bien fourni et à l’allure sauvage, avec le fameux bout de ses oreilles appelé les « lynx tips », ainsi que ses yeux de prédateur le rendent irrésistible. Il y a aussi deux chats des forêts norvégiennes, blanc et noir, mais quant à eux plus petit que le Maine Coon; un beau Sacré de Birmanie avec ses yeux bleus et dans la vitrine d’à côté un Siamois majestueux.

« Elle est avec moi, huit heures par jour au travail. »

Enfin, derrière ce carré réservé aux chats, Floca et son maître, Michel Pillard berger d’ovins dans le centre de la France depuis plus de quarante ans, se tient présent pour répondre à toutes les questions des curieux. Les enfants se pressent sans peur, tout autour des barrières pour caresser la chienne, qui sous ses faux airs de Rottweiler est en fait un Berger de Beauce de trois ans très affectueux et obéissant. Michel témoigne que sans sa chienne, rien ne serait possible:

 » Floca assure la relève d’un autre chien qui a huit ans maintenant et étant donné que je ne suis pas à l’abri d’un accident ou d’une maladie, je ne peux pas me passer de chien de berger. Elle est avec moi huit heures par jour au travail. C’est un outil … « outil » je trouve ça péjoratif… indispensable et qui me gagne un temps formidable. »

Venir au Salon n’a rien d’un défi pour Michel et sa chienne. Il a confiance en elle et laisse Floca se balader à travers tout le pavillon sans laisse. « Elle a de par ses origines, un caractère que j’appelle stable. » La chienne s’adapte à toutes les situations, même si tous les deux se trouvent en ville ou à la campagne, il y aura toujours du bruit, des voitures ou des avions qui passent à proximité mais peu importe le lieu, le chien reste « stable et équilibré dans sa tête ».

 » …l’interpellation d’individu au mordant. »

Dans le petit ring de démonstration, situé juste en face de la populaire Floca, le gendarme Maxence Contreras qui appartient au GIC, prépare avec ses collègues l’entrée en scène de leurs chiens de défense. Non pas pour surveiller le bon déroulement du Salon, mais pour mettre en avant le côté « aide à la population », plutôt que le côté répressif de la Gendarmerie. « Alors moi j’ai un chien d’intervention qui est spécialisé dans la défense, c’est à dire l’interpellation d’individu au mordant et la recherche de malfaiteur ». A l’aide d’une cage et d’un petit parcours d’obstacles, le chien va suivre la piste que son maître lui aura donnée à renifler, pour interpeller par exemple un bandit en fuite. Lorsqu’il l’aura retrouvé, le chien ne quittera plus sa position et signalera en aboyant, où se cache l’individu.

« La récompense c’est bien-sûr le mordant. Quand nous sommes en exercice, nous nous équipons de protections et lorsque le chien a bien réussi son exercice, il peut venir nous mordre soit le bras ou la jambe ».

Après être resté, pendant plus de deux heures auprès des chiens de concours et de défense, la visite se poursuit par le Pavillon 7.2, celui des Régions de France et par déduction de la nourriture… il est quand même midi ! Vu le nombre de boutiques et de restaurants à parcourir, la région Auvergnate semble être la plus tentante à explorer en détail. Pendant que les marmites chantonnent et mijotent à l’arrière des guinguettes improvisées du Salon, deux aubergistes font tinter de toutes leurs forces et toutes les cinq minutes, une cloche de vache et essayent d’attirer la foule, pour venir savourer une bonne truffade, faite de pommes de terre fondantes et de tome fraîche qui file sous la fourchette. Alors si l’on est plus sucré que salé, la boutique Butamiel, accueillera les gourmands de bon miel de montagne et de pain d’épices. Les mycologues en herbe se dirigeront, pour leur part vers Les Cèpenades, pour remporter quelques conserves de girolles ou de morilles séchées. Alors on l’aura compris, si l’on ne connait pas la France et surtout ce qu’on y mange de bon, il faut se rendre au Salon de l’Agriculture !

« …la meilleure mamelle jeune « .

Redescendons d’un étage et allons flatter quelques beaux spécimens de vaches. Michel Page, ex-éleveur de vaches d’Abondance, en Haute-Loire, confie entre quelques meuglements de vaches et dans une atmosphère saturée de tintements de cloches de vaches et du brouhaha constant de la foule, comment et sur quels critères une vache gagne le concours général de Paris:

Vaches de concours (interview sonore)

 » J’ai déjà repéré celle qui pourrait-être à mon avis, la meilleure mamelle jeune… Alors s’il y en a 2 ou 3 au même niveau, il faut voir s’il y en a une qui a une mamelle bien accrochée au corps, celle qui va avoir une ligne de droit un peu ensellée, celle qui va avoir un triangle bien droit dans sa forme ou son orientation, celle qui a de bonnes pattes… C’est là où on peut faire la différence. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s