Handicap : la France, mauvais élève au sein de la classe Européenne

A l’approche de la journée internationale du 3 décembre (2013), comment se porte le handicap en Europe ? Les personnes en situation de handicap sont des citoyens à part entière, possédant les mêmes droits que quiconque. En France, les lois ne sont pas toujours respectées et l’inégalité sociale demeure. Comment cela se passe-t-il chez nos voisins européens ? Quelle position adopte chaque pays face à la politique, à l’éducation, l’accès à l’emploi ou à l’accessibilité aux transports public ?

Politique : un député sourd au Parlement autrichien.

Parcourir de 2009 à 2012, les couloirs du Parlement Européen de long en large et en travers fut chose possible pour l’ex-benjamin eurodéputé Damien Abad; or aujourd’hui élu de la 5ème circonscription de l’Ain, les allés et venus en fauteuil roulant lui sont limités, car l’Assemblée Nationale n’est pas à 100 % accessible aux handicapés moteurs.

Avant d’être nommé Ministre allemand des Finances en 2009, Wolfgang Schäuble fut Ministre de l’Intérieur…cet homme politique pourtant paralysé des membres inférieurs, a su tirer profit de sa faiblesse et régla l’affaire des caisses noires de son parti conservateur.

Dans la volonté de régulariser l’égalité de traitement et de non-discrimination des personnes handicapées, Mr Helmut Tichy ambassadeur conseiller aux affaires européennes et internationales de l’Autriche a souligné dans un rapport datant du 3 septembre dernier : « …plusieurs personnes handicapées figurent parmi les membres du Parlement autrichien ; l’une d’elle étant sourde, les délibérations du Parlement sont traduites en langage des signes… En outre, à compter du 1er janvier 2014, deux juges aveugles siégeront dans un tribunal autrichien, à savoir la Cour administrative fédérale…. »

Education : l’Italie et la Suède bons élèves.

Depuis plus de 40 ans, l’Italie et la Suède sont les pays européens qui détiennent la palme d’or en matière d’inclusion éducative, grâce à leur politique d’accueil et de scolarisation des personnes en situation de handicap.

La Belgique et l’Allemagne ont pris quelques années plus tard le même pli, pour réformer leur enseignement et proposer deux niveaux d’enseignement : ordinaire et spécialisé.

Toujours en Belgique, Ouiam Messaoudi assistante sociale à l’ASPH confie : » … au niveau des textes de lois dans l’enseignement, il y a une évolution et une volonté de bien faire les choses, mais au niveau de l’enseignement spécialisé, les enseignants n’ont pas de formation spécifique. »

En France, quelques enseignants ont été formés pour dispenser un enseignement adapté, qui tient compte du rythme de l’enfant. Les élèves dont le handicap nécessite plus d’attention, ne sont pas intégres à une classe dite « ordinaire » mais à une classe spécialisée.

Emploi : en Allemagne, les handicapés sont surprotégés.

En France, la loi stipule que si une entreprise de plus de 20 salariés ne possède aucun salarié handicapé, elle doit payer une amende de 1500 fois le SMIC horaire, multiplié par 3.

En Allemagne, les lois sont beaucoup plus strictes : l’entreprise doit avoir au moins un quota de 5 % de salariés handicapés. Jason Murphy, chef commerciale de la société Funk Dreidimensional, explique de façon franche, comment s’articule dans son pays le monde de l’emploi :  » une fois que vous avez embauché une personne handicapée dans votre entreprise, c’est à vie ! La loi interdit de renvoyer un salarié handicapé, sous peine de reverser de très conséquentes charges sociales […]Contrairement à la France, nos entreprises embauchent davantage de gens pour leurs compétences vocationnelles et adaptent leur travail en fonction de leur handicap… qu’ils soient diabétiques, qu’ils fassent de l’hypertonie ou qu’ils soient atteints d’un cancer. »

Transports : un métro hollandais accessible à 100 %.

Quasiment 100 % des quais du métro et des gares hollandaise sont accessibles aux personnes handicapées aujourd’hui. En comparaison, les métros parisien et marseillais ne sont absolument pas accessibles ; il n’y a ni ascenseurs et peu d’escalators qui mènent vers les quais du métro.

En France, les personnes handicapées ne peuvent pas toujours monter dans les bus. Le trottoir est trop bas et la plateforme du bus n’est pas à niveau. La loi de 2005 fixe à 2015 l’obligation d’aménager tous les lieux publics aux normes d’accessibilité. Cependant l’échéance se rapproche et la date buttoir dans tous les pays de l’UE ne sera probablement pas respectée.

Juliette Durieux

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s