Agathe Audouze : l’éprise de naturopathie et co-fondatrice du Café Pinson

Agathe Café Pinson

Directrice marketing en cosmétologie et consultante en mode il y a deux ans, Agathe a tout laissé derrière elle, les poudres dorées et autres accessoires de luxe pour revêtir la tenue de co-gérante de Cafés restaurants parisiens.

Enthousiaste, passionnée, engagée dans le secteur du bio et surtout très gourmande, voici comment ses amis ainsi que les serveurs du Café Pinson la voient au quotidien. Après avoir partagé plus de dix années dans l’univers de la mode et de la cosmétologie, Agathe Audouze est aujourd’hui la co-fondatrice avec Damien Richardot des Cafés Pinson. Le visage serein, pétillante de vitalité, elle nous accueille dans son second café du 10ème arrondissement, ouvert en janvier dernier et nous conte les origines du Pinson. Pourquoi avoir troqué son poste de consultante dans l’univers du luxe, de la haute-couture et de la beauté contre celui de dirigeante du Café Pinson ?

Le Burn out

Vers l’âge de 28 ans, Agathe Audouze travaille en tant que directrice marketing d’une brillante marque de cosmétique Agnès b. et gère le portefeuille et le développement de nouveaux produits, ainsi que la stratégie des marques.

« J’avais toujours voulu travailler dans des secteurs où il y a de la création, où il y a une part de sensorialité, comme le parfum, le maquillage… et le marketing en est le chef d’orchestre ».

Quelques années plus tard, le travail qu’elle fournit n’est plus aussi attrayant qu’auparavant : “mon job se limitait à faire plus des choses pour ma nouvelle directrice générale qui était une “pure l’Oréalienne” ; sa technique de management avait pour but de faire régner la terreur…j’avais passé l’âge”. Elle ajoute également que “la sensation de vendre mes projets et mes produits à ma direction générale plutôt qu’à des clients. Je faisais beaucoup de politique interne et c’était quelque chose qui ne m’intéressait plus”.

Un peu désabusée par cette première grande expérience dans le monde de la cosmétologie, Agathe quitte Agnès b. et migre ses compétences vers une autre boîte nommée Les cabinets de tendances. Durant cette nouvelle période, lourde et difficile, elle commence alors une introspection et se pose de véritables questions existentielles :

« A partir d’ici, j’ai commencé à faire un gros burn out. Qu’est-ce que j’ai envie de faire de ma vie affective et de ma vie professionnelle ? J’aimerais trouver du sens dans mon action. »

Vite lasse de la grande superficialité qui l’entoure, la jeune femme tire avantage de sa prise de recul et signe la fin de sa carrière dans l’univers de la mode et de la cosmétologie.

Déclic et apprentissage de la naturopathie

Trois éléments déclencheurs sont à l’origine de la conception du Café Pinson :

Premièrement, son burn out lui a donné envie d’être porteuse du sens de son action au quotidien. Ecolo dans l’âme, elle a envie de s’impliquer et de contribuer davantage au devenir de la planète et surtout d’entamer une réelle réflexion sur la façon comportementale de l’homme de se nourrir.

« Pourquoi  si mon organisme ingère tel aliment, il se sent mieux, en pleine forme ou qu’au contraire l’état de santé, le système immunitaire réagit mal ? »

Avant d’arrêter son travail de consultante, Agathe se sent régulièrement fatiguée. Elle est intolérante au gluten et aux produits laitiers. Le corps ne suit pas. Aussi elle entame sa recherche de réponse auprès de son homéopathe qui lui suggère d’arrêter pendant quinze jours le blé puis le lait. L’effet se fait ressentir sans plus attendre et son état de santé se révèle positif. Par curiosité, elle creuse les pistes que son médecin lui a données et cherche à savoir avec opiniâtreté : “quel est le lien subtil entre la nutrition et la santé ?” Forte de ses nouvelles connaissances acquises après bon nombre de lectures et de conférences dans des salons bio, elle se met à cuisiner bio, veggan et respecte consciencieusement le rythme des saisons des fruits et des légumes.

Enfin le dernier élément qui suscite le changement en elle, est sa volonté d’avoir des enfants. Se sentant responsable de ce qu’elle va “mettre dans son ventre”, elle ne voit d’autres solutions que de fournir une alimentation saine à sa progéniture.

Cuisiner bio, c’est être marginal ?

« Il y a huit ans, quand je parlais d’alimentation bio, on me considérait un peu comme une marginale. Au fond, la nourriture, la bouffe, c’est quand même une question d’appartenance à une culture familiale ». Aujourd’hui, plus personne ne peut critiquer ce mode d’alimentation sain qui a conquis beaucoup de français. Or comme le reproche Agathe : « bien que le Programme national nutrition santé (PNNS) diffuse des messages sanitaires pour éveiller l’attention des consommateurs sur leur alimentation, les industries alimentaires font la démarche inverse et les mettent en danger…quelle blague !”

Sa rencontre avec Damien Richardot est décisive car ce non-initié au bio suit l’entreprise de la parisienne. “Le Café Pinson a pour concept d’offrir à ceux qui le désirent des plats et des desserts sains, variés, gourmands et survitaminés, le tout à consommer dans un cadre agréable et cosy… et sans pour autant sacrifier le goût et les saveurs”  assure Damien.

Les conseils de Damien, déjà gérant de trois restaurants parisiens lui sont très utiles et permettent à Agathe de s’organiser sur la conception de son café. Question approvisionnements, les deux fondateurs du café se tourne vers la filière bio très qualitative de Rungis.

Fière de ce lieu écolo, solaire et plein de vie, Agathe se plaît à nous raconter une dernière petite anecdote pour la route. Avant même que le Café Pinson n’ait ouvert ses portes, beaucoup de gens curieux se pressent devant les vitres, admirent la décoration scandinavo-parisienne réalisée par la designer Dorothée Meilichzon et interpellent Agathe pour savoir la date de l’ouverture.

Chose qui surprend et fait très plaisir à la gérante et qui s’empresse d’ajouter “Je ne voulais pas que ce restaurant face ghetto trop élitiste, pas trop cher et pas uniquement réservé aux intolérants”.

Juliette Durieux

2 réflexions sur “Agathe Audouze : l’éprise de naturopathie et co-fondatrice du Café Pinson

    • Merci pour votre message ! N’hésitez pas à me poser des questions sur des sujets qui vous intéressent et qui pourraient donner lieu à une enquête, puis à un article !
      Excellente journée !
      Juliette Durieux

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s